Les mots de Sorj Chalandon

mardi, mars 31, 2015 4 1

 

Le quatrième mur est un poing rouge tendu pour faire se lever l’Antigone de Jean Anouilh. La petite maigre pousse dans l’esprit d’un réfugié politique grec amoureux de théâtre, devenant l’allégorie sublime de la paix. Elle éclot grâce à un révolté de loin, Georges, missionné à Beyrouth pour monter la pièce, achever ce puzzle de voix par delà les lignes de front, les cratères de religions, impacts de convictions, obus d’haine raciale…
 

« Antigone, jouée à mains nues dans une ville où d’autres mains étranglent. »

 

Nourrie du souffle d’Antigone depuis l’enfance, j’en ai retrouvé la puissance dans les rues de la capitale égorgée. Beyrouth, théâtre de la tragédie humaine, où la barbarie écartèle l’espoir, où la folie viole les âmes aveuglées par la colère, où les hommes se perdent de n’être plus rien, où la vie est définitivement close par le Choeur, puisqu’après tout il est plus reposant et commode de mourir.

 

« Le chien reste un chien, Georges. Même élevé par des moutons. Tes acteurs ne sont pas des acteurs, ce sont des soldats. Toi tu ne le sais pas, mais la guerre s’en souvient. »

 

Sorj Chalandon fait tomber le quatrième mur séparant les acteurs des spectateurs, le lecteur n’est plus protégé des mots, il se blesse sur les gravats sanglants de la guerre civile libanaise. Si l’ « on a toujours deux yeux de trop » pour l’horreur, l’auteur nous rappelle qu’il est parfois bon de s’y confronter. Ainsi l’on ouvre ce roman avec curiosité et on le ferme avec le cœur au bord des yeux.

 

On palpite ce roman en écoutant Pie Jesu de Duruflé et en mangeant du houmous.

4 Comments
  • Charlotte
    avril 1, 2015

    J’aime beaucoup ta chronique (et tes chroniques en général), je la trouve très poétique et très représentative du livre. J’ai adoré le livre de Chalandon en tout cas !
    Bises.

    • Votrefillecherie
      avril 1, 2015

      Merci 🙂

      J’ai acheté ce livre suite à ta propre chronique qui m’avait donné envie de découvrir ce livre et j’ai bien fait, j’ai adoré ! Une très belle découverte !
      Cela faisait longtemps que je n’avais pas verser une larme derrière des pages.

      Bises

  • Moglug
    avril 1, 2015

    J’ai lu ce livre le mois dernier. Une amie me l’avait conseillé et j’ai beaucoup aimé aussi, surtout la dernière partie (il y a quelques longueurs au début).

    • Votrefillecherie
      avril 1, 2015

      Je trouve aussi que le roman monte en puissance au fil des pages, cela porte la lecture et permet un dénouement original.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *