Les mots de Raymond Radiguet

jeudi, mars 5, 2015 0 4
aff_diable_au_corps-01

 

Le Diable au corps porte en lui toute l’opiniâtreté de la jeunesse.
 
Ce roman de formation est le témoignage amoral d’un enfant prétendant grandir sans en avoir l’envergure. Monstre d’égoïsme, souvent cruel, nécessairement menteur, François est le produit d’une éducation laxiste dans la grande récréation qu’est là guerre.
 

« Que ceux déjà qui m’en veulent se représentent ce que fut la guerre pour tant de très jeune garçons : quatre ans de grandes vacances. »

 

Le jeune homme, intellectuellement précoce et amateur de l’école buissonnière, séduit Marthe, dont l’époux est au front, il en fait sa maîtresse plus par caprice que par amour, se complaisant rapidement dans son rôle pernicieux d’amant jaloux.

 

« Je devais à la guerre mon bonheur naissant ; j’en attendais l’apothéose. J’espérais qu’elle servirait ma haine comme un anonyme commet le crime à notre place. »

 

François n’est pas courageux, dénué de toute générosité leur idylle n’est définie que par le prisme de son égoïsme enfantin. Les deux amants jouent au jeu dangereux d’être adultes dans leurs corps d’enfants qui s’éveillent à l’érotisme.

 

« Nous étions des enfants debout sur une chaise, fiers de dépasser d’une tête les grandes personnes. Les circonstances nous hissaient, mais nous restions incapables. »

 

Si Le Diable au corps est un chef d’oeuvre, un classique qu’il faut découvrir, c’est par son immoralité élégante, son cynisme si bien porté par le narrateur cruel, cette peinture transgressive de l’amour et de la guerre. Son écriture incisive nous essouffle, on dévore le court roman comme une unique Maxime dont on veut retenir à jamais l’amorale vérité.
 
3A76E97352374FF09E182A17CC6D504B
 

« Sera-t-on surpris de ne point trouver dans un livre sur l’adolescence, cette fameuse ‘inquiétude’ si à la mode depuis quelques années ? Mais pour le héros du Diable au corps […] son drame est ailleurs. Ce drame naît davantage des circonstances que du héros lui-même. On y voit la liberté, le désœuvrement, dus à la guerre, façonner un jeune garçon et tuer une jeune femme. Ce petit roman d’amour n’est pas une confession, et surtout au moment où il semble davantage en être une. C’est un travers trop humain de ne croire qu’à la sincérité de celui qui s’accuse ; or, le roman exigeant un relief qui se trouve rarement dans la vie, il est naturel que ce soit justement une fausse autobiographie qui semble la plus vraie. »

[Raymond Radiguet, Les Nouvelles littéraires, 10 mars 1923]

 

Il faut lire ce petit livre avec un panier à provision au bord de la Marne.

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *