DIY : Mettre du fun sur ton clavier

dimanche, décembre 21, 2014 0 4

montage 2

Si toi aussi tu veux mettre du fun dans la rédaction de ton mémoire, ta laborieuse version latine, où ajouter un brin de couleur à ta procrastination, il te faut :

– Un ordinateur : bien astiqué c’est mieux.
– Quelques rouleaux de masking tape : selon la dose de tchip dont tu veux affubler ton PC.
– Une paire de ciseaux.
– Quelques minutes d’attention sur un bon morceau de funk.

Après il te suffit de découper des petits bouts de masking tape de la taille des touches que tu souhaites customiser, et de les coller du bout des doigts. Un jeu d’enfant.

 

1

montage 1

IMG_8353

Les mots d’Anne Sophie Brasme

mardi, novembre 18, 2014 2 1

collage le carnaval des monstres

Cette semaine est sorti le dernier film de Mélanie Laurent, Respire tiré du premier roman d’Anne Sophie Brasme. Belle occasion de vous parler de mon livre préféré qui me suit depuis mes dix ans, Le carnaval des monstres, du même auteur. Pages palpitantes lues et relues, dont on dévore les mots sensoriels, s’imprégnant en nous avec malaise et délectation. Si mon exemplaire s’est doucement écorné en faisant le tour de mes amis, me poussant à en acheter un second exemplaire par peur de perdre ce texte, à vous désormais de le découvrir, de rencontrer Marica et sa peau salée.

 

Marica est un personnage, un personnage de mots, corporellement paragraphé. Marica vit en moi, ses dents sont mon ventre, et sur la cadence essoufflée des pages son sang bouillonne sous mes yeux. Elle est les mots sur mon dégoût, mon regard sur les peaux. Elle est mon corps quand je sors du bus avec dans la bouche le goût salé des dernières pages. Marica est le contact mordant de la réalité sur mon reflet fier, ma démarche ample, mon corps sous la brise. Elle est mon intériorité, mon monstre magnifique, ma faim insatiable. Elle est mon désir d’écrire et d’être femme. 

C’est cela, Marica est le paroxysme de mon fantasme littéraire.

 

A savourer avec un verre d’eau citronnée et des biscuits secs en écoutant Verdi.