Matière

dimanche, juillet 29, 2018 0 1

 

Mots en écailles à vieillir sous la pluie, délavés d’attendre.

Écorce effritée à nos regards qui s’y frottent.

Carapace craquelée en syllabes qui tombent comme les saisons qu’on tourne.

Peaux poreuses en histoires offertes aux passants.

Cacophonie atone sous le ruissellement de notre imaginaire.

Pluie d’impressions en ma langue de bois.

En petites touches.

Frappe.

 

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *