L’orgueil d’aimer

mercredi, mai 16, 2018 0 2

 

Tu n’as plus le temps d’écrire.
Ils t’en ont dépossédée, avec leur paperasse et leur plaisir.

Sous la tauromachie de leur promesse, tu t’es échinée pour un sourire qui n’est pas venu.

Sous leurs mains et leurs sexes à tout dominer, tu t’es essayée à la vulnérabilité. Pour quelques jours d’histoires bombées de galons ou de faiblesses à contenter, tu as remâché ton indépendance en des nuits blanches à les regarder, en des confidences à t’amouracher.

Pour une franchise indicible, une probité en œillades mâchées, tu as oublié tes mots. Les seuls à  faire des enfants, en syllabes et ponctuation, dans les yeux de ceux qui tiennent ton impulsion à être entre leurs paupières ouvertes.

Et tu restes offerte au pillage, sans plus de peine que l’illusion d’un renoncement.

Bienveillante pour leurs écarts, dans le gonflement de ton émancipation.

Ils reviendront et tu seras toujours là pour les accueillir, sans rancœur pour leurs mensonges de petits garçons, si étroits qu’ils tiendront tous contre ta sincérité.

Ton seul orgueil est d’aimer.

 

Crédit Photo CaenStreetPhotography

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *