Les mots de Tomasi di Lampedusa

vendredi, janvier 2, 2015 5 1

« Beaucoup de choses se passeraient, mais tout serait une comédie, une comédie bruyante, romantique, avec quelques taches de sang sur son habit bouffon. »

le guépard

Ce grand classique de la littérature européenne du 20ème siècle reflète, le temps d’une lecture, l’orgueil et la confirmation éphémère de la domination sur les hommes et les édifices, du prince Don Fabrizio de Salina, dernier grand représentant de l’aristocratie sicilienne. Il assiste avec sagacité au déclin de sa lignée au profit de l’embourgeoisement tricolore, à la fin du monde dont il était le maître majestueux. Roman d’une désillusion, Le Guépard nous ouvre le cœur et les pensées d’un homme désabusé par trop de clairvoyance, incommodé par sa carrure de géant dans un monde érodé par la petitesse. En Jupiter vieillissant dont la République grignote l’Olympe, Don Fabrizio fait le long et pénible apprentissage de la finitude, courtisan la mort jusqu’à ce que le fracas de la mer se calme tout à fait.

 

Ce que l’on retire de cette lecture, c’est une magnifique peinture de la vie aux couleurs d’Eros et Thanatos, un climat sicilien aride attisant les rapports passionnés et conflictuels entre les personnages, mais surtout, une tendresse infinie pour le patriarche de Salina incompris de sa famille, dont les grosses pattes autoritaires de félin n’ont plus d’empreintes à laisser dans l’avenir.

 

Pour mieux s’identifier à Don Fabrizio on déguste une gelée au rhum en écoutant les valses de Nino Rota.

 

18829081.1233414996

 

« Comme toujours les considérations sur sa propre mort le rassérénaient autant que celles sur la mort des autres l’avaient troublé : peut-être parce que, en fin de compte, sa mort était en premier lieu celle du monde entier ? »

5 Comments
  • Carles
    janvier 4, 2015

    Je garde un souvenir mitigé de ce roman que je trouvais lourd. Le film, je l’avais détesté… Je trouvais qu’il ne rendait pas compte de la complexité de l’oeuvre (pourtant le réalisateur n’est pas n’importe qui…).

    Ta chronique me donne envie de me replonger dans l’oeuvre de Lampedusa et d’oublier cet avis mitigé.

    • Votrefillecherie
      janvier 4, 2015

      Il est vrai qu’à la première lecture de cette oeuvre mon intérêt n’avait été éveillé que tardivement : à la centième page.
      Et puis en l’étudiant – il était au programme du BAC L l’année ou je l’ai passé – je l’ai finalement adopté. Je me suis complètement laissée séduire par le personnage du prince qui est d’une grande profondeur, par l’ensemble des protagonistes et leur destin funeste.

      Quand au film de Visconti il ne rend en effet pas compte de la densité de l’oeuvre, mais qui pourrait illustrer fidèlement l’orgeuil des Salina dans la complexité des bouleversements politiques de cette époque ?

      Je suis pour ma part convaincue de la beauté de ce livre passionnant, bien qu’il fasse le plus souvent s’arracher les cheveux à ses lecteurs il faut bien l’avouer.

      • Raj
        avril 4, 2015

        It’s funny. I quite by chance found this book in the local mraglitteeatura and after having read the back cover and the story of the author’s life and the first few pages, I was hooked. It’s one of those playfully dense books that speak more in passing detail than in direct illumination.I’ve been reading this blog over the last couple of months. It’s always nice when serendipity juxtaposes two endearing things and makes them both the brighter for their new connection. Keep up the good work.

  • Charlotte
    janvier 19, 2015

    Je crois qu’il est chez mes parents mais je n’ai jamais osé le lire, de peur que ce soit trop dense et assez peu accessible finalement. Ca me fait d’autant plus peur que tu dis qu’il fait parfois s’arracher les cheveux des lecteurs… mais ça a l’air d’être une lecture très intéressante et j’ai très envie de le lire, même si je ne me sens pas prête pour l’instant 😉

    • Votrefillecherie
      janvier 19, 2015

      C’est vrai qu’il faut être plutôt d’attaque avant d’entreprendre cette lecture, mais cela vaut vraiment le coup de faire cet effort à mon humble avis 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *