Les mots d’Italo Calvino

mercredi, octobre 11, 2017 0 0
Italo Calvino vous invite à grimper dans les ramifications rocambolesques de l’existence d’un petit garçon qui refusa de manger ses escargots et se suspendit plein de colère dans l’yeuse du domaine. D’en bas, son petit frère nous raconte le destin plein d’envergure de Côme, qui de branche en branche vous partage sa vision éclairée du monde.

 

« Pour bien voir la terre, il faut la regarder d’un peu plus loin. »

 

La baron perché est un roman plein de fantaisie aux personnages pittoresques. Vu d’en haut, le chassé-croisé du quotidien est pourvu d’un charme certain, dont toutes les rencontres deviennent propices à de fabuleuses aventures. Notre attention grimpe et se suspend aux oripeaux poilus de cet original philosophe, qui n’aura pas oublié de remplir sa vie de lecture et de passions amoureuses.

 

« Ils se connurent. Il la connut et se connut lui-même parce que, réellement, il n’avait jusque-là rien su de lui. Elle le connut et se connut elle-même parce que, en sachant tout ce qu’elle était, elle ne l’avait jusque-là jamais si bien senti. »

 

Si l’on se plairait à partager ces aventures assis confortablement sur la branche d’un vieux chêne, fort est à parier que le charme de cette fable opérera qu’importe le lieu d’élévation, et qu’elle vous donnera l’ampleur pour s’ouvrir à d’autres lectures.

 

« Pour ses livres, Côme construisit à différentes reprises des sortes de bibliothèques suspendues, qu’il mettait tant bien que mal à l’abri de la pluie et des rongeurs ; il les changeait continuellement de place, selon ses études et ses goûts du moment ; ils considéraient les livres un peu comme des oiseaux et ne voulait pas les voir immobilisés dans des cages. »

 

Auriez-vous d’autres livres d’Italo Calvino à me conseiller ?

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *