Les mots d’Héctor Abad 2

mercredi, janvier 10, 2018 0 4

 

J’avais fini l’année 2016 sur le chef d’oeuvre autobiographique L’oubli que nous serons d’Héctor Abad et je vous avais partagé mon ravissement d’avoir découvert cet auteur sud-américain. J’ai commencé l’année 2018 par la lecture de son roman La Secrète, qui m’a à son tour, transportée, bouleversée, fait relire plusieurs fois des passages subjuguant de beauté. L’auteur colombien nous emmène découvrir son pays natal, sa terre de cœur martelée par les guerres civiles, à travers une épopée familiale captivante.

 
« Se souvenir, c’est comme prendre dans ses bras les fantômes qui nous ont permis de vivre ici. Il s’est passé tant de choses sur cette terre, dans cette grande maison blanc et rouge, entourée d’eau et de verdure. Vert, vert sur tous les tons, d’immenses montagnes vertes, et l’eau sombre du lac qui ne reflète pas le ciel bleu et blanc mais les rochers noirs et verts qui semblent plus hauts que le ciel, et qui montent ver Jerico, le village où sont nés mon père, mes grands-parents et mes arrière-grands-parents, les propriétaires de ce domaine, ceux qui l’ont bâti en abattant la forêt, en déplaçant les pierres et en brûlant les broussailles – tout ce qu’il y avait ici depuis le début du monde. » 

 
Ce roman est une histoire d’amour et de déchirement entre une famille et sa ferme La Secrète dissimulée au coeur des Andes. Les trois derniers enfants de la lignée Angel assurent tour à tour la narration de cette relation si singulière. Antonio le fils violoniste parti vivre à New York et s’intéressant à la généalogie de son nom, fabulant l’histoire de leur attachement à cette terre. Eva la cadette, la plus libre, la plus brillante, celle qui a bien faillit y mourir assassinée. Et Pilar l’aînée, celle qui la protège, gardienne des traditions, celle qui n’a connu qu’un seul homme et que cet unique toit.

 

« Il était facile d’abandonner un homme que de se défaire d’un héritage, qui n’était d’ailleurs qu’une idée, une illusion. Eva avait décidé de ne s’attacher à aucun homme, à aucun pays, à aucune terre, à rien du tout. »

 

A travers leurs voix discordantes le lecteur découvre une fabuleuse histoire de famille, mais surtout celle d’un pays luxuriant de violences. Si vous aimez les romans de Gaël Garcia Marquez, ce roman est votre nouveau billet vers univers romanesque en chamboulements. Vous poserez votre chaise au bord de l’ombre noire du lac de La Secrète au début du roman, et vous vous ferez violence aux dernières pages pour vous lever, tout quitter, et revenir à la réalité.

 

« On s’habitue à un corps comme on s’habitue à une ferme et à un paysage : il y a quelque chose de commode à voir toujours chaque jour la même chose. Il y a de l’enchantement dans la routine, tout comme on apprécie davantage un morceau de violon qu’on a beaucoup joué et entendu. »

 

Dans cette lecture, j’ai retrouvé ce qui m’avait tant saisie à la découverte de cet auteur : son talent pour décrire l’amour familial, filial ou fraternel. Héctor Abad n’a pas son pareil pour décrire les revirements d’humeurs d’hommes et de femmes qui sont confrontés à un monde qui les bouscule incessamment. C’est un livre merveilleux qui prend au coeur car il nous parle de la vie tendue et belle, celle qui bat en chacun de nous.

 

« Comme nous ne les avons pas pour le moment, j’ai appelé les enfants un par un, pour voir s’ils pouvaient nous aider. Chacun est différent. Moi je les aime pareillement, pour ce qui est de la quantité, mais je ne vais pas dire de quelle manière j’aime chacun d’eux, pour ce qui est de la qualité et de la tendresse de mon amour. Ce qui m’a fait le plus mal, c’est ce qu’a dit Manuela : « Le mieux c’est qu’il se fasse tout arracher et se mette une bonne fois un dentier : vous n’allez pas chaque année laisser tout ce fric à un arracheur de dents. A quoi bon désormais ? » Cet « à quoi bon désormais », je ne vais pas l’oublier ! Cela m’a fait très mal, m’a semblé cruel, comme si on allait mourir demain, comme si toute personne ne pouvait mourir demain, avec ou sans dents. »

 

Avez-vous déjà lu cet auteur ?

Avez-vous d’autres auteurs d’Amérique du Sud à me conseiller ?

 

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *