Arnold Butler et ses coups de pinceaux

dimanche, février 1, 2015 2 1

Arnold Butler est un jeune peintre et photographe autodidacte d’Atlanta.

Il peint les femmes sur des toiles gigantesques, des silhouettes penchées, nues et géométriques. Du féminin en couleurs. Des portraits barbouillés d’humanité.

 Arnold_Butler3 IMG_3061

montage 1IMG_4292montage 2 montage3 montage 4

montage 5

 

I don’t paint pictures, I paint my prayers for the Universe to see and hear them.”

Son site et Son Instagram

 

IMG_5590-Recovered

Les photographies de Mambu Bayoh

dimanche, janvier 25, 2015 0 2
Aujourd’hui je vous partage mon émerveillement pour l’univers de Mambu Bayoh, un photographe du Sierra Leone, croisé au hasard de la toile, dont les clichés sont d’une rare puissance. Tout en simplicité il sublime le corps noir, fige les couleurs en une profonde douceur. Il diversifie ses univers, sans artifice, met en lumière la multiplicité de la beauté.

 

mambu bayoh

tumblr_ldmtewllIX1qbxwd3Sans titre 3 tumblr_mp223ow0ud1qbxwd3o1_1280 Sans titre 4tumblr_n0uvar3BhO1qbxwd3o1_1280Sans titre 2tumblr_mwvxkqNDWI1qbxwd3o1_1280mambu bayoh

tumblr_mcbxgu31lH1qbxwd3o1_1280

 

Pour s’en régaler davantage : Tumblr / Instagram / Facebook

Dix femmes qui m’inspirent

jeudi, janvier 15, 2015 0 1

10femmes

Au détour de la rivière de mon enfance j’ai d’abord croisé Pocahontas. La femme que je voulais devenir plus tard c’était elle. Courir à demi-nue dans la forêt, plonger de plusieurs dizaines de mètres de hauteur dans une lagune turquoise, monologuer avec un raton-laveur, mais surtout unir les peuples malgré leur différence d’épiderme. Dans cette même veine d’innocence juvénile, j’ai suivi avec exaltation les déboires scolaires et amoureux de Bunny Rivière, une collégienne écervelée, feignante, lâche et pleurnicharde qui possède le pouvoir du prisme lunaire pour se transformer en Sailor Moon et sauver l’humanité de méchants à la voix criarde.
 

Par la suite d’autres femmes sont entrées dans ma vie. Des vraies, avec des voix et des mots, des vies à couper le souffle, à bouleverser la mienne.
 
Joséphine Baker pour avoir forcé les portes en louchant, avec sa couleur de peau et ses grimaces, pour sa générosité en constante Résistance contre les travers de ce monde.
 
Colette pour sa pluralité. Pour avoir donné à la femme ses lettres de noblesse, pour la prodigalité de sa vie sulfureuse, pour le cadeau de ses mots à la hauteur de son génie.
 
Frida Kahlo pour son destin broché, sa rage de vivre en couleurs, ses peintures à ne jamais se relever.
 
Simone de Beauvoir pour ce qu’elle a osé faire d’elle-même et de la femme, n’être pas restée une Jeune fille rangée dans l’ombre de Sartre. Pour le mot féminin tout simplement.
 
Tina Turner pour s’être relevée d’une vie en gueule de bois. Magnifiquement rauque.
 
Rosa Parks et Angela Davis pour leurs sourires et leurs poings levés contre la ségrégation raciale, dans un bus, sous une coupe afro, et jusqu’à moi.
 
Impossible enfin d’échapper au groove de la femme la plus influente du monde actuellement, Beyonce à la carrière immaculée, dont le groupe Destiny’s child faisait déjà bouger ma perruque de Pocahontas dans ma chambre de petite fille.