Les mots d’Albert Camus

mercredi, janvier 27, 2016 0 2

camus

 

Relire L’Etranger c’est retrouver un vieil ami que l’on avait pas eu le temps de perdre de vu. Etranger de titre, pas pour nous.

Un ami à la couverture écornée, au charisme intact malgré les années d’absurdités, de soleil tapageur sur ses mots immaculés. Des pages brèves qui frappent sur la porte de nos vies. Brûlure littéraire qui aveugle quelque temps notre perception du monde, exacerbe sa vicissitude.

 

« L’absurdité est surtout le divorce de l’homme et du monde. »

 

Absurdité d’un procès contre un homme à l’humanité fatiguée, sans passion, satisfait dans sa médiocrité. Un homme à l’indifférence poreuse, à l’insensibilité transpirante, à la conscience essoufflée. Meursault, imperméable au monde et écrasé par lui. Meursault, condamnable d’être apathique, d’avoir enterré une mère sans pleurer.

 

« Que m’importaient la mort des autres, l’amour d’une mère, que m’importaient son Dieu, les vies qu’on choisit, les destins qu’on élit, puisqu’un seul destin devait m’élire moi-même et avec moi des milliards de privilégiés qui, comme lui, se disaient mes frères. »

 

Ouvrir l’étranger c’est pénétrer dans une cellule de la taille du monde. Achopper contre ses murs. Y visiter la vérité enfermée, la nôtre, partagée, celle de notre inaptitude à la vie.

 

« Devant cette nuit chargée de signes et d’étoiles, je m’ouvrais pour la première fois à la tendre indifférence du monde. De l’éprouver si pareil à moi, si fraternel enfin, j’ai senti que j’avais été heureux, et que je l’étais encore. Pour que tout soit consommé, pour que je me sente moins seul, il me restait à souhaiter qu’il y ait beaucoup de spectateurs le jour de mon exécution et qu’ils m’accueillent avec des cris de haine. »

 

On s’enferme avec L’Etranger, du boudin et du vin, le temps de ne croire en rien, « comme si les chemins familiers tracés dans les ciels d’étés pouvaient mener aussi bien aux prisons qu’aux sommeils innocents. »

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *