Les mots d’Alain Mabanckou

jeudi, janvier 19, 2017 0 1

Alain Mabanckou nous partage l’histoire de Petit Piment, un enfant au nom à rallonge qui lui a préféré ce sobriquet épicé pour investir les rues de Pointe Noire. Petit Piment est un orphelin de Loango, qui grandit sous nos yeux, comme la révolution socialiste de la République du Congo qui grossit la rivière Tchinouka pour déborder sur la ville, embourbant son nombre de victimes, empêtrant les pieds des esprits qui ne savent bientôt plus d’où ils viennent, par où rentrer.

 

Lorsque les Blancs sont venus en Afrique, nous avions les terres et ils avaient la Bible. Ils nous ont appris à prier les yeux fermés : lorsque nous les avons ouverts, les Blancs avaient la terre et nous la Bible.

 

Ce roman d’ailleurs est l’histoire relevée d’une croissance et de ces ramifications amicales. Récit piquant d’une vie digérée par l’Histoire, d’une survis dysentérique dont Robin des Bois est l’ultime sauveur. Recrudescence d’une voix d’enfance qui attend son tour pour embarquer dans l’avion qui atterrira un jour à ses pieds pour des lendemains meilleurs.

 

C’était à mon tour de rêver d’être Robin des Bois, de vouloir porter son nom comme sobriquet, et de posséder ce que défunt Robin le Terrible n’avait pas pu avoir : le grand coeur de ce personnage.

 

Le roman Petit Piment nous livre une galerie de portraits beaux mais cabossés, solitaires mais universaux, nous rappelant la fragilité de l’homme, l’impossibilité à en percer les mystères, à pénétrer dans un esprit déguisant jalousement les blessures d’une existence qui semblait s’écouler doucement, secoué par les remous de la misère, mais paisible.

 

Cet établissement était un endroit où on avait regroupé des mômes dont personne ne voulait parce que lorsqu’on aime quelqu’un, lorsqu’on veut de quelqu’un, on le sort, on se promène avec lui, on ne l’enferme pas dans un ancien bâtiment comme s’il était en captivité.

 

On lit se livre en dégustant un plat d’antilope à la pâte d’arachide et au piment vert, et en se désaltérant d’une bière bien fraîche.

No Comments Yet.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *